Quel Cin'Emma !

22 septembre 2017

Barbara

185176

De Mathieu Amalric

Avec Jeanne BalibarMathieu AmalricVincent Peirani 

Bande Annonce

Une actrice va jouer Barbara, le tournage va commencer bientôt. Elle travaille son personnage, la voix, les chansons, les partitions, les gestes, le tricot, les scènes à apprendre, ça va, ça avance, ça grandit, ça l'envahit même. Le réalisateur aussi travaille, par ses rencontres, par les archives, la musique, il se laisse submerger, envahir comme elle, par elle.

What Else ?

475532Oeuvre ABRAcAdaBResque 

     couronnée de prix            

Prix de la poésie du cinéma -Un Certain Regard à Cannes- 

Prix Jean Vigo 

Petite minute Culturelle : Ces prix récompensent des réalisateurs pour leur indépendance d'esprit, leur originalité de style ou encore la mise en perspective d'un cinéma original et audacieux.

Me voyez vous venir avec mes gros sabots ? 

Un aigle ange passe...                        Non ?

Film réservé à un public averti


541825Peu fan des biopics -notamment ceux qui retracent toute la vie d'une personnalité en moins de 2 heures-, quelle n'a pas été ma surprise devant cette oeuvre inqualifiable !

Ni vraiment un biopic, ni un documentaire, ni une fiction, on n'en finit plus de se perdre dans ce labyrinthe visuel avec un enchaînement incessant d'archives, de séquences de tournage, répétitions, vie courante.... Ne comprenant plus très bien Qui était Barbara ? Quel rôle jouait Balibar ? Brigitte-Barbara... Quand ? Où ? Pourquoi ? J'ai fini par décrocher, ne repérant pas le fil conducteur auquel j'aurai pu me raccrocher.

474907Mais -et c'est là, la force d'Amalric- au lieu de sombrer dans le sommeil, je me suis laissée porter par l'énergie folle que dégage le film, bercer par les mots et le verbe de la longue dame brune, impressionner par le jeu envoûtant de Jeanne Balibar... 

A la sortie du film, si je n'en sais pas beaucoup plus sur Barbara, j'ai découvert en Mathileu Almalric un réalisateur ambitieux, dépoussiérant le genre biopic.

Barbara, un film abstrait ? Pour Sûr !

Un film absurde ? Pas si sûre...

Posté par rose la foudre à 17:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 septembre 2017

Le Prix du succès

453832

De Teddy Lussi-Modeste

Avec Tahar RahimRoschdy ZemMaïwenn 

Bande Annonce

Brahim est un humoriste en pleine ascension. Sa réussite, il la doit à lui-même et à l'amour qu'il porte à Linda. Bon fils, il soutient les siens depuis toujours. Mais pour durer, Brahim doit sacrifier son grand frère, manager incontrôlable. Si l'échec peut coûter cher, Brahim va payer un tribut encore plus lourd au succès.

What Else ?

Êtes vous prêt à payer une séance de ciné pour "Le prix du succès" ?

Si vous hésitez à vous offrir la place malgré une bande annonce plutôt accrocheuse, voici quelques raisons qui plaident en faveur de ce film sympathique :

  • 065717Le sujet : "comment un jeune homme issu d’un quartier périphérique, devenu célèbre, va lutter contre le racket exercé par sa famille et s’éloigner d’eux ? ". Tiré de sa propre expérience, le réalisateur Teddy Lussi-Modeste, nous transporte dans le milieu du stand-up -clin d'oeil appuyé à Jamel Debbouze ?- et les innombrables jalousies qui vont naître à mesure que le succès s'amplifiera.
  • Une double problématique : le milieu socio-culturel.  Le réalisateur a choisi de placer son intrigue au sein d'une famille maghrébine et musulmane. Comme il le justifie dans un article, "Il y a d’abord un souci de réalisme : les exemples les plus récents de réussite par le sport, la musique ou le cinéma concernent surtout des Arabes, des Noirs et dans une moindre mesure des gens du voyage. Pensons à Zidane, Omar Sy, Maître Gims, Amel Bent, Kendji, Booba, Leïla Bekhti, Gignac, Matuidi, etc.".
  • 060404Un casting 5 étoiles : Tahar Rahim exerce toujours un charme aussi envoûtant sur la gent féminine -même s'il ne faut pas le réduire à un simple beau gosse-, Roschdy Zem joue avec nos sentiments et nos nerfs tandis que les silences -marqués- de l'incroyable et talentueuse Maïwenn se passent de mots.

Seule critique négative -mais constructive j'espère-, je dirai que la trame est malheureusement trop prévisible pour nous accrocher totalement et classer Le prix dans du succès dans la catégorie des films inoubliables. 

La Morale du Jour : on peut y mettre le prix mais le succès n'est pas toujours garanti au vu du petit nombre de spectateurs lors de sa première semaine d'exploitation.

Posté par rose la foudre à 13:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 septembre 2017

Petit Paysan

207157

De Hubert Charuel

Avec Swann ArlaudSara GiraudeauBouli Lanners 

Bande Annonce

Pierre, la trentaine, est éleveur de vaches laitières. Sa vie s’organise autour de sa ferme, sa sœur vétérinaire et ses parents dont il a repris l’exploitation. Alors que les premiers cas d’une épidémie se déclarent en France, Pierre découvre que l’une de ses bêtes est infectée. Il ne peut se résoudre à perdre ses vaches. Il n’a rien d’autre et ira jusqu’au bout pour les sauver.

 What Else ?

Le bonheur n'est pas dans le pré... 

096777Petit Paysan démarre joyeusement comme un nouvel épisode de L'amour est dans le pré - Karine Lemarchand en moins - ! On découvre Pierre, 30 ans, belle gueule, célibataire, éleveur de vaches laitières dans la région du Grand Est... et Angélique, boulangère au village

Y aura t il le rapprochement tant espéré par la maman de Pierre ?

Vous le saurez en courant découvrir ce Petit Paysan qui n'a rien d'un Petit Film.

La réalisation est tellement réaliste que l'on a l'impression de vivre une immersion à la ferme. De notre siège, on peut humer l'air de la campagne, sentir l'odeur des prés et même la bouse des vaches... Un véritable hommage au monde de l'élevage !

096308Mais comme la vie n'est pas un long fleuve tranquille et que le bonheur n'est pas forcément dans le pré, ni dans l'assiette (cf le scandale sanitaire des oeufs contaminés aux insecticides), le film va peu à peu prendre de l'épaisseur et perdre en légèreté pour nous entraîner dans une spirale infernale qui prend aux tripes... 

En creusant dans la bio du réalisateur, on découvre un fils de paysans, très affecté par la crise de la vache folle et des années d'angoisse passées auprès de ses parents.

Les parents d'Hubert Charuel peuvent être fiers de leur fils ! Que ce soit par le sujet traité, la qualité de la réalisation ou encore, la prestation des acteurs, c'est un premier film en tout point remarquable

Posté par rose la foudre à 17:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 septembre 2017

120 battements par minutes

184359

De Robin Campillo

Avec Nahuel Perez BiscayartArnaud ValoisAdèle Haenel 

Bande Annonce

Début des années 90. Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d'Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l'indifférence générale. 
Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean.

 What Else ?

577399 « Waouh maman ! C'est la première fois que tu nous amènes voir un bon film...  -gloups-

—     ­­Ah oui !?!

—     Moi, j'ai adoré ; c'est le meilleur film que j'ai jamais vu !

—     Tant que ça ?!?! -mes deux filles partageant le même avis, ça se fête ;-)-

—     Mais ! T'as pas aimé, toi ?

—     Moyen... 

—     Développe !

—   Difficile de critiquer un film qui fait l'unanimité à chacune de ses projections -à commencer par la standing ovation reçue à Cannes lors du dernier festival- et qui traite d'un sujet aussi fort et terrifiant que le Sida. Pourtant, je risque d'être une voix discordante dans le flot de critiques positives que j'entends autour de moi.

354683Certes le thème est passionnant et à part quelques films (Les Nuits Fauves, Philadelphia, The Hours...), il n'est que peu abordé au cinéma. La bonne idée de Robin Campillo, c'est de s'être inspiré de son expérience de militant pour restituer à l'écran toute l'énergie, la fougue et même parfois la violence des membres de l'association Act Up dans leur lutte au quotidien. Et, si le film se voulait être un "devoir de mémoire" de ces années cauchemardesques pour toute une communauté abandonnée des politiques, rejetée par une partie de l'opinion -sans oublier toutes les autres victimes du sida : toxicos, hémophiles...-, ce film est une réussite.

Malheureusement, nous sommes au cinéma et même si un sujet est passionnant, il -me- faut une mise en scène enthousiasmante. 

Flirtant avec le documentaire, filmé froidement, alourdi d'une histoire d'amour et gratifié de scènes crues -évitables ?- ; mon coeur ne s'est jamais emballé à 120 BPM. Devant cet objet cinématographique dénué de toute émotion, il s'est serré une seule fois. Très fort. L'orsque les premières notes de Smalltown Boy de Bronski beat ont raisonné, j'ai replongé 25-20 ans en arrière :

- Freddy Mercury nous quittait,

- Clémentine Célarié embrassait un garçon séropositif au Sidaction,

- Hervé Guibert disparaissait,

Act Up-Paris déployait un préservatif géant sur l’obélisque de la place de la concorde,

- Les campagnes de prévention se sont intensifiées grâce à des associations comme Act Up, Aids....

Et c'est peut être cela que je retiendrai du film, le temps -monstrueusement long- qui aura été nécessaire pour faire bouger les mentalités, soigner dignement les malades mais aussi éduquer la jeunesse aux pratiques à risque...

Bronski Beat - Smalltown Boy (Live 1984).

Posté par rose la foudre à 11:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2017

Baby Driver

446691

De  Edgar Wright

Avec  Ansel ElgortKevin SpaceyLily James

Bande Annonce

Chauffeur pour des braqueurs de banque, Baby a un truc pour être le meilleur dans sa partie : il roule au rythme de sa propre playlist. Lorsqu’il rencontre la fille de ses rêves, Baby cherche à mettre fin à ses activités criminelles pour revenir dans le droit chemin. Mais il est forcé de travailler pour un grand patron du crime et le braquage tourne mal… Désormais, sa liberté, son avenir avec la fille qu’il aime et sa vie sont en jeu.

 What Else ?

Double effet kiss cool 

402103A en croire la critique de Clément Mathieu pour Paris Match, "Baby Driver,  joyeux et jouissif, baigné de musique, est le film le plus cool de  l'année" !?!?!

 Argll-Gloups-Scruntch-Beurk !!!!  

Je m'étrangle, mais ce n'est pas avec un cornet de pop-corn -accessoire semble t il indispensable à la majorité des spectateurs du jour-.

Si regarder un nombre incalculable de courses-poursuites -musique à fond- pendant deux heures, c'est cool ; alors oui, Baby Driver est cool

Si regarder un film cool en dévorant du pop corn, c'est super cool ; alors double oui, Baby Driver est un Pop Corn Movie Ultra Cool !

400697

Malheureusement, trop de Cool peut nuire à l'efficacité d'un film sur la longueur. Et si l'on se laisse un tantinet distraire par les bruits disgracieux des mangeurs de Pop Corn, on peut vite décrocher d'un produit formaté pour plaire à un large public de d'jeuns.

Sur la forme, Baby Driver est plutôt cool tant par sa bande son, sa mise en scène millimétrée, que par sa réalisation nerveuse et sa pléiade d'acteurs bankables.

Sur le fond, un spectateur exigeant pourra vite toucher le fond et couler d'ennui...

Posté par rose la foudre à 17:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 août 2017

Une femme fantastique

245342

De Sebastián Lelio

Avec  Daniela VegaFrancisco ReyesLuis Gnecco

Bande Annonce

Marina et Orlando, de vingt ans son aîné, s'aiment loin des regards et se projettent vers l'avenir.

Lorsqu'il meurt soudainement, Marina subit l’hostilité des proches d'Orlando : une "sainte famille" qui rejette tout ce qu'elle représente. Marina va se battre, avec la même énergie que celle dépensée depuis toujours pour devenir la femme qu'elle est : une femme forte, courageuse, digne ... une femme fantastique !

What Else ?

"Que se passe-t-il quand on meurt dans les bras de la mauvaise personne ?" 

412597

Voici la question -peu commune- que s'est posé le réalisateur, Sebastián Lelio, au moment d'écrire le scénario d'une femme fantastique. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y a répondu avec brio !

S'il parait évident que tout décès inattendu dans une famille peut semer un mélange de stupeur et de consternation ; imaginez la réaction d'une épouse ou d'un fils, quand la colère se mêle à l'incompréhension d'un choix de vie inacceptable à leurs yeux... Pour en savoir plus sur la nature du fameux choix de vie, regardez la bande annonce ou allez voir ce film;-)

Pendant près de deux heures, notre héroïne va lutter pour clamer son amour sincère pour cet homme, son droit au respect et à la différence dans une société chilienne conservatrice.

Objectivement,  si le film ne révolutionnera pas le genre dramatique, il marque les esprits par la force de caractère de Marina et par le jeu brillant d'une actrice exceptionnelle -Daniela Vega-. C'est une véritable leçon de dignité qui nous est proposée.

008449C'est un drame,

C'est poignant,

C'est passionnant,

C'est fantástico -parce que c'est aussi un film chilien- los amigos !

Posté par rose la foudre à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juillet 2017

Le Caire confidentiel

339793

De Tarik Saleh

Avec  Fares FaresMari MalekYasser Ali Maher

Bande Annonce

 

Le Caire, janvier 2011, quelques jours avant le début de la révolution. Une jeune chanteuse est assassinée dans une chambre d’un des grands hôtels de la ville. Noureddine, inspecteur revêche chargé de l’enquête, réalise au fil de ses investigations que les coupables pourraient bien être liés à la garde rapprochée du président Moubarak.

What Else ?

" Noir, c'est Noir

Il n'y a plus d'Espoir ! "

Non, non... Ce n'est pas Johnny qui chante mais le regard tragique et pessimiste délivré par le réalisateur suédois d'origine égyptienne, Tarik Saleh.

307646NOIR comme un bon vieux polar qui nous captive par sa recherche acharnée de la vérité,

NOIR comme la vie de notre inspecteur emprisonné dans des situations inextricables et acculé à des décisions désespérées,

NOIR comme le climat sinistre et l'environnement pouilleux du Caire,

NOIR comme l'univers violent qui gangrène toute une société corrompue sous l'ère Moubarak, 

SOMBRE comme l'image grisâtre et terne de la pellicule.

308896

Vous l'aurez compris, on broie du Noir en sortant de la projection, mais une immersion -en catimini- dans l'authentique Egypte -d'une salle obscure-, cela ne se rate pas !

PS : Film interdit aux futurs vacanciers à destination de l'Egypte, vous risqueriez d'annuler votre voyage !

Posté par rose la foudre à 17:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 juillet 2017

Embrasse-moi !

199779

De OcéanerosemarieCyprien Vial

Avec  OcéanerosemarieAlice PolGrégory Montel

Bande Annonce

Océanerosemarie déborde de vie, d’amis et surtout d’ex-petites amies. Mais elle vient de rencontrer Cécile, la "cette-fois-c'est-vraiment-la-bonne" femme de sa vie ! Même si elle ne lui a pas vraiment demandé son avis... Il est temps pour Océanerosemarie de grandir un peu pour réussir à la conquérir. En sera-t-elle seulement capable ?

What Else ?

027558

 

 

 

S'il y a peu de risque pour un embrasement de la salle,

Embrasse-moi ! a le mérite d'être rafraîchissant !

-ça tombe bien, il fait trop chaud cet été ;-)-

 

 

Caractéristique audacieuse du film : première comédie romantique lesbienne portée à l'écran. 

029277Comme dans toutes les comédies romantiques, Embrasse moi ! ne brille pas par son originalité et reprend les mêmes codes de la rom-com traditionnelle avec un happy-end attendu, une inévitable incompréhension en cours de route, sans oublier le classique coup de foudre de départ.

Avouons que même si cette absence d'originalité n'aura pas empêché des millions de spectateurs de roucouler devant "Quand Harry rencontre Sally", glousser devant "Pretty Woman" ou vibrionner devant "Coup de foudre à Notting Hill", une impression de déjà vue saute aux yeux du spectateur. Quelques-uns ont quitté la salle en cours, bien mal leur en a pris !

033340

En plus d'être léger, simple et drôle, Alice Pol et Océanerosmarie font le job. Aidées par une ribambelle d'acteurs aussi chaleureux et sympathiques les uns que les autres (Michèle Laroque, Nicole Ferroni, Laure Calamy, Grégory Montel...), elles soufflent un vent de tendresse sur cette histoire, renversent des barrières pour se donner une chance et nous emportent avec elles.

Meg Ryan et Julia Roberts n'ont qu'à bien se tenir, Alice Pol vient jouer avec elles dans la cour des comédies romantiques réussies.

Posté par rose la foudre à 14:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2017

En attendant Bojangles

en-attendant-bojangles

 

Juste un petit mot sur ce livre bouleversant qui m'a accompagné - quelques jours  parce qu'il n'est pas très long - pendant mes trajets quotidiens pour aller au travail, suivi jusque tard dans mon lit.

Comme l'écrit si bien Olivier Bourdeaut :

  • J'ai dansé et ri avec cette Famille,
  • J'ai pleuré - chez le coiffeur - avec Elle,
  • J'ai menti avec Eux comme s'ils étaient toujours vivants.

C'était n'importe quoi !

Parce que la vie, c'est souvent comme ça et c'est très bien ainsi....

A lire sans modération !

Posté par rose la foudre à 12:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 juillet 2017

Ce qui nous lie

376311

De Cédric Klapisch

Avec  Pio MarmaiAna GirardotFrançois Civil 

Bande Annonce

Jean a quitté sa famille et sa Bourgogne natale il y a dix ans pour faire le tour du monde. En apprenant la mort imminente de son père, il revient dans la terre de son enfance. Il retrouve sa sœur, Juliette, et son frère, Jérémie. Leur père meurt juste avant le début des vendanges. En l’espace d’un an, au rythme des saisons qui s’enchaînent, ces 3 jeunes adultes vont retrouver ou réinventer leur fraternité, s’épanouissant et mûrissant en même temps que le vin qu’ils fabriquent.

What Else ?

On s'en jette un ptit ?

224829

  • Un brin mélancolique,

  • Plutôt trop ? long en bouche,
  • Fort en tendresse et bons sentiments,

"Ce qui nous lie" n'est pas un vin film de garde mais comme il passe plutôt bien à l'écran, il se consommera avec bienveillance et sympathie.

Porté notamment par 3 acteurs "frais" et séduisants, agrémenté d'une bonne dose d'humour, ce film va tenter avec plus ou moins d'aisance et de réussite, de faire le lien entre attaches, racines, transmission, maturité  et...  le dépôt qui se forme dans les liquides fermentés comme le vin ;-).

356583Si l'on oubliera vite les quelques couplets-clichés sur la nécessité du bio, les tirades sur les incompréhensions et non-dits entre père-fils, on gardera longtemps en tête la beauté du vignoble bourguignon et les années de labeur nécessaires afin d'obtenir un grand cru. 

Du choix du moment idéal pour démarrer les vendanges, en passant par la récolte des grappes, le piétinement des raisins, sa fermentation en cuve, son étape de clarification, puis sa mise en bouteille, rien ne vous sera épargné caché !

Et c'est, à défaut d'avoir vu un grand cru film sur les relations fraternelles, incollable sur les étapes de la production du vin que vous sortirez de la salle.

A la vôtre !

Posté par rose la foudre à 00:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]