De retour après m'être quelque peu éparpillée, voici une synthèse de quatre films vus par ci, par là. Pourquoi juste un résumé ? pensez vous peut-être. Simplement parce que je doute que vous ne les voyez un jour sur vos écrans, la faute à des choix "exigeants" qui pose la question de mon éventuelle radicalisation cinématographique ;-) -tant que je ne prends pas les armes pour défendre mes convictions, tout ira bien ! -________________________________________________________________________________________________________________________

 133000

La Belle et La Meute 

Film tunisien de Kaouther Ben Hania

Lors d'une fête étudiante, Mariam, jeune Tunisienne, croise le regard de Youssef. 
Quelques heures plus tard, Mariam erre dans la rue en état de choc. 
Commence pour elle une longue nuit durant laquelle elle va devoir lutter pour le respect de ses droits et de sa dignité. Mais comment peut-on obtenir justice quand celle-ci se trouve du côté des bourreaux ?

What Else ?

Comment se relever d'une injustice ?

Inspiré d'une histoire vraie, ce film est une terrifiante plongée dans la société tunisienne aux moeurs archaïques. Composé de plusieurs plans-séquences renforçant l'angoisse d'une nuit cauchemardesque, éclairé par une lumière blafarde insistant sur la froideur du moment, le spectateur prend fait et cause pour cette jeune fille qui n'avait au départ rien d'une militante mais qui par la cruauté de la situation se révèle une citoyenne à part entière. A voir !

_________________________________________________________________________________________________________________

353469

L'atelier

Film de Laurent Cantet

La Ciotat, été 2016. Antoine a accepté de suivre un atelier d’écriture où quelques jeunes en insertion doivent écrire un roman noir avec l’aide d’Olivia, une romancière connue. Le travail d’écriture va faire resurgir le passé ouvrier de la ville, son chantier naval fermé depuis 25 ans, toute une nostalgie qui n'intéresse pas Antoine. Davantage connecté à l'anxiété du monde actuel, il va s’opposer rapidement au groupe et à Olivia, que la violence du jeune homme va alarmer autant que séduire.

What Else ?

Comment vivre ensemble ?

Ce film est tout d'abord long -pour ne pas dire interminable- à démarrer. Il doit s'écouler une bonne heure avant que le charme de Marina Fois et la gouaille de ces jeunes Marseillais ne finissent par opérer. Pour faire court, le réalisateur nous dépeint une jeunesse en mal de repères, en proie aux doutes et bien pessimiste quant à l'avenir... Génération désabusée ? On peut voir !

__________________________________________________________________________________________________________________________

2866047 

Brooklyn Yiddish

Film de Joshua Z. Weinsten

Borough Park, quartier juif ultra-orthodoxe de Brooklyn.

Menashé, modeste employé d'une épicerie, tente de joindre les deux bouts et se bat pour la garde de son jeune fils Ruben. En effet, ayant perdu sa femme, la tradition hassidique lui interdit de l'élever seul.
Mais le Grand Rabbin lui accorde de passer une semaine avec son fils ; l’ultime occasion pour Menashé de prouver qu’il peut être père dans le respect des règles de sa communauté

What Else ?

Comment concilier religion et vie personnelle ?

Peut-être le film le plus faible des quatre. Non pas qu'il soit inintéressant à suivre -au contraire, l'on ressent beaucoup de tristesse pour cet homme qui se démène au sein d'une communauté bien cruelle envers ses propres membres- mais du fait d'une réalisation classique, sans relief, l'on relâche peu à peu notre attention. On peut voir pour découvrir un formidable acteur, Menashe Lustig dont le réalisateur s'est inspiré pour dresser le tableau de ce fervent disciple du rabbin Twersky -le Grand Rabbin du Mouvement hasidique-, à la fois touchant, désarmant de maladresse et de naïveté, l'air perpétuellement égaré dans cette communauté si exigeante. 

__________________________________________________________________________________________________________________________

229257 

Ouvrir la voix

Documentaire d'Amandine Gay

Ouvrir La Voix est un documentaire sur les femmes noires issues de l'histoire coloniale européenne en Afrique et aux Antilles.  Le film est centré sur l'expérience de la différence en tant que femme noire et des clichés spécifiques liés à ces deux dimensions indissociables de notre identité "femme" et "noire". Il y est notamment question des intersections de discriminations, d'art, de la pluralité de nos parcours de vies et de la nécessité de se ré approprier la narration

What Else ?

Les illusions perdues d'une France Black-Blanc-Beur 

Il m'a fallu une volonté certaine pour entraîner toute ma famille voir ce documentaire à 21 h 45 sur Toulouse. Bien m'en a pris ! Ce documentaire a suscité chez nous beaucoup d'échanges. Loin d'imaginer le ressentiment de la communauté afro-descendante à l'encontre de la société blanche, je suis "tombée de haut" en mesurant l'amertume de ces jeunes femmes noires, renvoyées à chaque étapes de leurs vies à leur couleur de peau. A voir pour prendre conscience de certaines de nos maladresses !